Faille intemporelle

 

writer-2849848_1280.jpg

 

 

Voici le livre d’Or d’un moment de vie, une faille à travers laquelle le temps n’importe plus. Le lieu laisse place à la folie festive! Les esprits se lâchent, les corps s’échauffent, et mademoiselle Underwood est là, prête à se faire marcher dessus par des dizaines de doigts déchaînés.

Le moment tant redouté,
Les toges sont tombées !
Il a fait des piercings sur la langue de son chien. Ben ouai !

Pepin valium calins
          il faut savoir que malgré les tempéraments auxiliaires de la société actuelle, les autochtones du sud Lozère vinrent par milliers, afin de choisir un lieux de rédemption. Après quelques milliers d’années de préparation, ils réussirent à trouver ce coin de paradis qu’on appelle Florac !
Un pêcheur allant pêcher sous un pêcher, mais le pêcher empêchait le pêcheur de pêcher . Alors le pêcheur coupa le pêcher et le pêcher n’empêchait plus le pêcheur de pêcher. C’est très très bon !!!
Qui est qui a encore écrit ces conneries ?
Veux tu du mystère, elle s’échappe à travers , à travers les vers… ainsi va la vie.

   Salut,
une bonne vieille machine à écrire comme dans mes souvenirs d’enfance. Merci pour ces moments champêtres dans cette maison insolite, furtif, un bien bel endroit !
Ouverture d’esprit et non fracture du crâne !

 

Il était une fois une coloc, une coloc rendu grandiose,
je saurai en dire quelques choses
C’est un poème en prose,
magnifique me dit elle !

 

Je vous dirai simplement que je suis heureux. La maison est pleine d’amis heureux eux aussi. La der des der commence bien !

 

Cher Martin
je t’écris ce poème pour résoudre tout conflits.
L’amour que nous te portons jamais ne faiblira.
La passion dévorante me fait tourner la tête,
Aie je viens de tomber…

 

Le Lozérien plante des graines et récolte du vent enfin, des poires,
moi je suis amoureux d’un soleil qui s’appelle Jade.

 

Soirées mémorables à Tardonnenche,
l’heure était venu de se coucher..
Je me sentais bien dans le salon, entourée des chiens et des chats…
Je me glisse sous la couhette avec Kitano, dans le salon, ce super chat, quand soudain, m’endormant paisiblement, j’entendis un grondement…
Le tonner?non, les toilettes ? Non…
C’était Gaïa, la chienne jadis aimante prise d’une crise de skyzophrénie. Elle ne supportait plus ma présence et le manifestait bien !
Je me senti tout à coup seule face à la bête qui me grondait dessus avec frénésie.
Voulant me rassurer, je serre fort Kitano contre moi comme pour intégrer à nouveau le règne animal. Mais comme s’ils communiquaient par télépatie, Kitano me regarda d’un air inquisiteur et me griffa le visage en sifflant.
Perdue et seule parmi ces animaux mis en accord, je capitula…
Sorti dans le froid bestial…
Pris ma voiture à pétrole…
Et rentra dans mon lit humanisé au possible.
Moralité :
Face à l’animalité, seul le bon sens opère, dans ce cas, le bon sens pris la forme de
     LA FUITE…

Tardo, tard,
la vieille Josette,
désormais armée d’une bombe anti-chat
mouhaha

PS:Kitano et Gaïa, je vous comprends, je vous aime.

Leur amour fut si grand qu’ils furent des enfants géants.
Un petit papillon équinoxien, perdu dans les méandres d’une vie sadique et individualisée s’est barricadé dans un cocon de bonnes intentions et vole vers une jovialité certaine.

PLEINE LITTERATURE JE ME DEMANDAIS
COMMENT EN CE LIEU EXISTER
IL Y A DES POSSIBILITÉS INASSOUVIES
QUI FRUSTRE MA COLLABORATION
ET POURTANT JE DANSE
CHEZ VOUS
ICI
A LA FIN
AU BOUT DE TROIS
UN NOUVEAU COMMENCEMENT
LOIN DE TOI
                      TARDO

 

C’est une soirée d’adieu, à une grande baraque, en soit très sympa, mais que je ne connais pas. Mais il est sur que les murs, immenses gardiens silencieux, monolithe par définition, veilleurs silencieux de moultes souvenirs. Ces murs donc, n’ont de cesse de raconter les multiples péripéties qui ici se sont déroulées. Empli de secrets, si seulement ces géants de pierre avaient la parole, que ne narraient ils pas ?
Quelles mystérieuses histoires auraient ils à raconter , le long de soirée de contes, où le feu, ardent comme le cœur des jeunes hommes, réchaufferont les âmes et la parole. Ces murs sont les vikings, les gardiens de nombres de ces histoires.
Tantôt sombres, tantôt chamarrés, la douce mélancolie qu’ils émanent, ne peut qu’inviter amoureusement à la débauche et à la fête.
Nous voilà donc les veines remplies d’alcool, les paupières dilatées comme les pièges de Avishnou, ou G’odin, car nous voilà libre, enfin !
Libre de notre soif, et ivre de puissance, c’est ce que nous sommes. Et chacun, à son rythme et à son temps, avale la lune car elle nous appartient.

 

Je me souviens d’une nuit d’hiver. Nous étions sûrement en train d’admirer la forêt couverte d’un joli manteau blanc, dans nos enveloppes il fait froid, mais nos coeurs réchauffés par la joie de nos copains.
Nous étions tous autour d’un bœuf bourguignon avec des carottes, et du vin et on bu et re bu et re bu bref, nous finissons, remplis, mais surtout remplis de bonheur.
Merci Tardo !

 

Moi je ne me souviens de rien ici parce que je n’ai rien vécu là. Mais j’aime bien, j’aime beaucoup, merci c’était un beau moment.

 

Hello !
J’ai une devinette : attention suspens…
alors impatients ?
         Allez ok, je vais vous la dévoiler
Nous sommes deux, nous sommes jumelles, nous fragiles comme les ailes d’un papillon, mais à nous deux, nous pouvons faire disparaître le monde ; qui sommes nous ?
     Tchao tchao.
                             Les paupières

 

T’as trouvé ? Nonon mais elle m’a touché les yeux cinq fois et c’est même pas apparu. Sale bourgeois. Mine de rien t’imagine notre fantasme tout ce que ça choque.
Elles sont là.

 

Putain c’est pas facile d’écrire à la machine, surtout à deux heures du mat’ quand t’es déchiré !
Premier et dernier souvenir à Tardonnenche ce soir. C’est bien cool ici l’ambiance les gars,
et j’espère qu’on continueras ça de plus belle à Artigues !!!!

 

Rappeur sensible je suis pris pour le si, je vois des choses trashes pire qu’une kalach, ouech voilà quoi, gros batard, oh la la.

 

Je suis
                  Je suis de la mauvaise herbe locale poussant en liberté dans le jardin hexagonal. Le mec qui traîne dans les bars avec un bouquet de proses
             nerveux de l’hypotalamus, passant de la chatte à l’anus.

 

J’ai qu’une seule question,
C’est quand la prochaine crémaillère ?
Sinon, concernant mes souvenirs, ils sont inoubliables. Je vous envoi de l’amour.

Merci à la coloc,
           les étudientes de sup agro

 

Vous êtes sympas les gars, vous êtes surtout trop cons de lâcher cette maison !
Et enivrez vous, de vin, de poésie, ou de vertu avec guise,
mais enivrez vous !

 

Ici ça se passe comme ça, il y en a qui blablatent à l’arrière de la machine à écrire et d’autres qui pensent à des animaux imaginaires et puis d’autres qui s’accoudent au bar et puis ceux qu’on avait oubliés mais qui sont indispensables ; il nous mettent de la musique !
Relou ta machine qui écrit à côté de la feuille.
Y a palmyre qui me propose ses lunettes, elle croit que ça va me rendre plus écrivain. Bob me taquine parce que j’écris comme un pro. La preuve, Hélios vient de me relire et m’offre un coup à boire,
et Sylvain qui me demande de signer, hahahaha

fuck,
je fais ce que je veux non ?


Un moment de pause dans une vie si débordée, on imagine pas être ici, si heureux, loin du monde qui prends la tête, juste penser aux gens, ceux qu’on aime, qui sont là pour nous. On ne peut pas s’échapper, mais on est pas enfermé dans quelque chose de désagréable, au contraire c’est une pause dans le temps que l’on peut considérer d’élégiatique, alors merci,
merci, merci, merci, prends le temps, on a peu de temps, mais on a le temps.
bonne nuit, belle nuite

T’as écrit belle – nuite -, Mila

 

Salut ! C’est la première fois que je viens chez vous. Merci pour l’accueil, z’êtes vraiment sympa. Y’a pleins de personnes qui se prennent dans les bars _ dans les bras je veux dire.
Par contre j’aurai une requête : il manque des trentenaire pour les nanas célibataires. Alors on veut bien suivre à la prochaine fête et pour le déménagement, invitez les copains trentenaires.
Encore merci, ENJOY

 

Merci pour l’accueil, j’aimerai dire une seule chose, la musique inspire sensualité, respect, douceur et compréhension. Je pense que si l’homme arrivait à perpétuer ces sensations dans tous ses actes, l’humanité aurait une chance de survie face à l’apocalypse surnaturelle qui se prépare.
L’important c’est pas la chute mais l’atterrissage.

 

Demain c’est loin…
des potos d’enfer, une vie d’enfer ?
La drogue est elle le subjonctif de l’humain ?
Il va faire tout noir,
je peux dire qu’à la maison ça file droit, le père Delabate ça file droit
Vous savez, je ne crois pas qu’il y est de bonne ou de mauvaises situations. Si je devais résumer ma vie aujourd’hui je dirai ça…………..

 

Techno, toujours pareil !
Boum boum boum boum boum
Je t’aime, moi non plus !

 

Toi, jeune homme plein d’hardeur,
Rome, Rome, Rome, combien je t’aime
La grande époque de la conquête est enfin révolue.
Hoye hoye,
exclamez vous tant que vous pouvez sur les places en tout genre, que la voix soit votre arm contre la paresse cognitive…
Tardo, Ô Tardo, quiter cet endroit est comme quiter le placenta de sa maman.

 

Piano, doucement, tu es là, mais personne ne joue avec toi,
et pourtant tu es là,
tu es là,
bien que proéminent, tu m’appelles discrètement,
piano, doucement,
noir et blanc, tu m’appelles en silence…
un jour je répondrai peut être.

 

C’était quand bien même bien excellent !
Jamais de bas, que des hauts !

 

Merci, continuons à se raconter des histoires, dans d’autres lieux, avec d’autres gens, c’est ce que l’on sait faire de mieux. Alors merci !

 

Oh my Boudha
Once upon a time
I use to love you
I spent christmas in here
I use to love it
It’s rather a nice place
At that time
Everybody use to look at me stangerly
What to say
it was a nice time
Fuck off
what’else

 

J’adore les nachos cheese !!!
et dormir sur la banquette, tranquille.
Au moins on tombe pas sur les flics en bas de la piste et il y a moyen d’esquiver par Artigues.
Some of us cut me down.
We used to go in the truck to have a trace
bip
juste pour dire que ma Bourgogne natale…
Bip
Je ne suis pas perdue.

 

Tardi do do tard, magie, lieu de perdition, audition, joie, bonheur, vrais, vivant,
mais demain mort vivant.
CECI N’EST QU’UN DETAIL, CECI N’EST QU’UN DETAIL, car demain tout est là,
un outil parmis d’autres pour arpenter la vie.
Vida llena, llena vida, momentos presentos, presento, amor,
wild,wild one
y asi a lae ti esta al medio y bien,
mezcla, ma mezclamos, amor, sudir sudor, pudor, error,
No, no, nunca y hasta !
Diez litro de alcool, empezca ser caracol !!!

 

Bonne nuit les petits ! On a passé une supère ssoirée, j’espère que vous aussi. On s’en souviendra ! Kisssss
Dans quel état je suis ???
Un sage a dit un jour :
QUE LE VIER TE PELE
QUE LE VIER TE PELE
cHiLl OuT vide,
boum
n’importe quoi moi, n’importemoi
naaaaaaaan

 

3h38 Qu’est ce Qu’O
                       3h38 heure inexacte,
Gaëlle à mes côtés, elle est belle, si sensuelle ! Blondaille comme si le feu de tous les ports du monde était allumé. Dans la même couleur, ces cheveux reflètent l’orée du temps. Malgré quelques ironies infondables, elle demeure inexistante aux yeux de ma sœur.
Elle se prélassa dans le soleil éblouissant du sud de la France.
Malgré ces quelques défauts de taille, d’âge , ainsi que de couleur de cheveux, elle persiste à être un être doté d’une fabuleuse attraction féminine.
C’est pas cool de chambré mon ami lino avec ces histoires infinies.

 

C’est un aveugle qui rentre dans un bar,
puis il rentre dans une table,
puis dans une chaise.

 

Comme un écrivain devant sa feuille blanche, j’écris devant la feuille.
La feuille black bordel !
La vie n’est qu’une suite de moments.
        On va dormir.

 

Merci pour tout,
plein d’énergie dans cette baraque !
Les yeux vitreux je veux changer le monde, mais je ne puis que changer de point de vue.
Cela suffit à refaire le monde.
Elle a les yeux presque bleu et elle est triste parce que moi, son frère, ne l’inclue pas dans le cadre de la société actuelle, lui qui est bien trop in-communicant à l’échelle sociale. Tous s’aiment, mais ne se le disent pas. Tel est fait le monde, pleins d’inexactitudes forcées par la présence hirsute à mes côtés.
Tel est le destin d’un homme de bonne envergure, de ramer, jour après jour dans une flaque sans fond ni fondements !!!

 

A nu, toge, à nu, anus, à nu toge non tangible, tangiblement je vous mange,
tous autant que vous êtes je vous mange, vive l’été, bout de peau qui dépasse, ça me dépasse, miam miam !

 

Y que, tous à poils !
Toge, je voudrai pas en rajouter mais,
Amandonné
mouarf !!!!
Je vous aime les minots
bon du coup le son est super bon pour la dépendaison de crémaillère.
Nananananananan nana nanann nana na
Ya des hommes qui se baladent en toge,
je dis ça, je dis rien…

 

Le Mirador ne s’éteindra jamais ! Lieu de cri, une toge pour Alex !
Elle était juste en train de baiser, mais elle a fini… Tu l’as pas vu ?
Une toge pour Alex !
Mais c’est un véritable dictat des fesses à l’aire ! Les va nus pieds se sont défroqués, ils purgent, ils tournent, tournent comme des ours en peluches, des baudruches alcoolisées. Ils se serrent dans les bras, s’étreignent en hurlant et attendent la prochaine volée de basse.
Tardo, ici le poste de littérature, j’essaie de pas faire de ratures. La lumière franche encore une fois, les quelques tentatives de sortir de l’abîme sont un échec cuisant. Il n’y a plus d’autres alternatives que nous quatre. Les fous hurlants ont envahis la cours. Ils commencent à rentrer dans la maison, mon père tente de les retenir, mais en vain. Ils arrivent par centaines, grattants aux portes avec leurs ongles de morts. Un coup dans le ventre et mon père s’écroule. La foule des va nus pieds sanglants continue de trébucher sur son cadavre.
Il ne reste que quelques minutes avant que le même sort ne s’abatte sur moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s